Comité Européen Marseille

L'Europe face aux Réfugiés

 

Le colloque dans lequel Catherine Guibourg et Michel Caillouët se sont particulièrement investis dans le cadre de «  Debout l’Europe  » et de l’UEF (Union des Fédéralistes européens) mérite d’être applaudi. Ce colloque, auquel était associé le Comité européen Marseille

Le problème des réfugiés, en effet, est un drame pour le Moyen Orient et l’Afrique, une épreuve pour l’Europe qui doit faire face à une situation qui va perdurer. Tout reste à régler et à réinventer. Certes, l’Etat islamique auto-proclamé, une des causes de ce déplacement massif de population, a perdu ses territoires. C’est l’occasion de se réjouir de ce résultat, obtenu grâce aux efforts de la Coalition internationale. Mais le Tyran de Damas exulte, il peut continuer de régner sur sa population décimée, avilie, torturée  soutenu par son indéfectible allié russe, frappant sans discernement les terroristes ou les opposants à Bachar el Assad. Le Maître du Kremlin qui s’est glissé dans la vacance américaine et le vide laissé par l’Europe, a permis au despote syrien de récupérer un pays en ruines, en échange d’une fenêtre sur ce qu’on croyait pouvoir appeler la Mare Nostrum. Quant aux Etats-Unis, ils continuent à semer le chaos aussi dévastateur qu’un «  éléphant dans un magasin de porcelaine  ». L’Europe, on l’aura déduit, est hors-jeu.

Comme en était l’intention de ce colloque, il s’agit de comprendre que le Moyen Orient est une affaire européenne. C’est la faiblesse de sa politique étrangère non unifiée et l’absence de défense commune qui en portent la responsabilité. Il en découle une politique incohérente, indigne des valeurs sur lesquelles se fonde notre Union. Face au flux de migrants, interprété comme une invasion de terroristes, les mesures sécuritaires, seules résolutions sur lesquelles s’entendent les 28, n’apportent que rarement des solutions si ce n’est d’allonger le chemin de croix des réfugiés. Pour reprendre la pensée de Pascal Brice, citée dans le numéro 119 de Confrontations Europe, «  De même renforcer les politiques de retourdanspays d’origine n’est pas dénué d’hypocrisie. Le renvoi des réfugiés dans leur pays les expose au mieux au désespoir, ou pire à la torture ou la mort.  

Ne nous y trompons pas, si nous n’arrivons pas du haut de notre forteresse, protégée par la Méditerranée et les fils de fer barbelés mis en place par certains États intrépides et généreux, à construire un projet responsable, alors la situation deviendra alarmante pour l’Europe. Ainsi pour ne prendre qu’un exemple, dans le chaos généralisé, le flot de réfugiés libyens atteint 2 millions pour 10 millions d’habitants en Tunisie, petit pays seul qui lutte désespérément pour la démocratie. Le risque d’effondrement du Maghreb n’est pas improbable. L’Europe sera définitivement ébranlée, non pas parce qu’elle sera envahie mais se décomposera de l’intérieur. Ainsi, par exemple, à la suite de la décision unilatérale des États-Unis de fixer la capitale d’Israël à Jérusalem, l’extrême droite allemande s’est réveillée pour manifester sa soudaine solidarité avec les Musulmans et afficher sans retenue son antisémitisme latent.

Faut-il désespérer des citoyens européens  ? Peut-être. Mais la bonne nouvelle est que le charisme d’Emmanuel Macron en politique européenne est contagieux. Ainsi l’extravagant populiste italien, anarchiste antieuropéen, Beppe Grillo, est en train de se faire supplanter dans son parti «  par un jeune homme ambitieux Luigi Di Maio qui ne cache pas son admiration pour le Président Français  ; il propose de se joindre à lui dans ses efforts en faveur de l’Europe. Il en est de même pour le jeune chef conservateur du gouvernement autrichien Sebastian Kurz. En Allemagne où la situation politique s’est brusquement dégradée à la suite des élections, l’ancien Président du Parlement européen, Martin Schulz, opposant socialiste d’Angela Merkel, serait prêt à entrer dans la coalition gouvernementale pour ne pas entraver le processus d’intégration de l’UE.

 

Construire l’Europe c’est contribuer à l’établissement de la paix dans le monde, tel est le message donné par Robert Schuman dans sa Déclaration du 9 mai 1950.

Monique BELTRAME

Comité Européen Marseille
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013b1
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013c
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013e
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013a
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a1
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a1a
cafapclubaffairesfrano-allemanddeprovence
LogotypedesInstitutsCultureIstaliensunemoitiedelasculptureGrandespheredePomodorosurfondrouge
cg13bdr
logoRegionPACA
Contacts
item6
ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013d ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013 ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013b1 ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013c ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013e ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013a ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1 ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a1 ComiteEuropeenMarseillepres-3e2013f1a1a